Que contient une cigarette?

Que contient une cigarette? Dangers et effet du tabagisme Les poisons contenus dans la cigarette Le tabagisme : l’effet d’un poison

 

Un fumeur assimile plus de 4 000 substances hautement nocives à chaque bouffée de cigarette. L’alliance du goudron, de la nicotine et des autres substances cancérigènes et chimiques influe sur le système respiratoire du fumeur, mais aussi sur tous ses organes. L’impact négatif sur notre organisme et les dangers du tabagisme sont bien réels. C’est souvent sous la pression collective du groupe que l’on commence à fumer, sans connaître suffisamment la vérité sur la cigarette et l’effet du tabagisme sur soi et son entourage qui ne fume pas en proie au tabagisme passif. Les dangers du tabagisme sont que non seulement le cœur et les poumons sont atteints, mais que votre épiderme ne se renouvelle plus correctement, engendrant un vieillissement accéléré des tissus. Par ailleurs, les statistiques sur le tabagisme montrent que votre cholestérol augmente si vous êtes fumeur.

 

Qu’y a-t-il dans une cigarette ? Il est important de bien connaitre l’effet du tabagisme, pour comprendre ce qui se passe lorsque l’on fume. Une cigarette contient plus de 4 000 substances hautement nocives, chacune d’elle étant isolément assez dangereuse pour ruiner votre santé. Voici ce qu’un fumeur introduit dans son corps lorsqu’il fume : La nicotine C’est la substance addictive qui rend le fumeur totalement soumis à la cigarette. Les statistiques sur le tabagisme révèlent que la nicotine rend aussi accro que la cocaïne. La noradrénaline et la dopamine sont des hormones stimulées dans votre cerveau par la nicotine, d’où la sensation de manque ensuite. Le pic de sécrétion hormonale vous apporte une sensation de bienfait, vite évanouie après la cigarette, d’où le besoin croissant qui se fait jour chez le fumeur de consommer de plus en plus de cigarettes.

 

Le goudron La nicotine est redoutable parce qu’elle rend dépendant, mais la véritable menace sur la santé est le goudron qui est inhalé par le fumeur et qui tapisse ses poumons, devenant source de cancer.  

 

Le monoxyde de carbone Les statistiques sur le tabagisme révèlent que le monoxyde de carbone est particulièrement dangereux pour les femmes qui attendent un enfant. Le monoxyde de carbone empêche l’oxygène de se fixer sur l’hémoglobine du sang, de fait l’oxygène ne circule pas assez dans le corps. Dans le ventre maternel d’une femme qui fume, le bébé n’a donc pas assez d’oxygène pour bien se développer.

 

Les gaz oxydants : le benzène, le polonium et le comburant Les dangers du tabagisme, ce sont aussi 3 autres produits très dangereux présents dans la cigarette. Les gaz oxydants rencontrent l’oxygène de votre corps, augmentent le taux de coagulation de votre sang et le risque d’arrêt cardiaque. Le benzène est un additif aux carburants de voiture et le polonium est considéré comme radioactif. La seule connaissance de ces faits et vérités sur le tabagisme devraient suffire à vous décider d’arrêter. Le tabagisme a pour effet d’engendrer maladies, cancers et infertilités chez les deux sexes. Il est difficile d'arrêter de fumer, mais à la lumière de ces faits et de ces vérités sur le tabagisme, vous comprendrez que c’est là votre meilleur choix.

 

Le lien Ici : http://france.euroclinix.net/effet-dangers-tabagisme.html Le lien Ici : http://www.poumon.ca/protect-protegez/tobacco-tabagisme/facts-faits/what-que_f.php

 

--------------------------------------------------------------

--------------------------------------------------------------

--------------------------------------------------------------  

 

CM2 : LES DANGERS DU TABAC ET DE LA CIGARETTE.

 

En classe, nous avons travaillé sur la respiration . Suite à cela, on a vu que le fait de fumer des cigarettes ou de respirer la fumée (=tabagisme passif) provoque des dégâts sur les poumons et d’autres organes. Selon une étude publiée par Le British Medical Journal, chaque cigarette fumée réduit la vie de onze minutes. Autrefois constituées uniquement de papier et de tabac, les cigarettes ont depuis les années 60 de plus en plus d’ajouts divers et variés. Au total plus de 4 000 substances chimiques sont présentes dans la fumée de cigarettes, dont plus de 60 classées cancérigènes par le Comité International de Recherche sur le Cancer. En voici quelques-unes à vous faire pâlir d’angoisse : de l’acétone qui est un dissolvant ; de l’acide cyanhydrique qui était employé autrefois dans les chambres à gaz ; du monoxyde de carbone qui sort des pots d’échappement de nos voitures, du ddt qui est un insecticide tout comme la nicotine ; de l’arsenic, un poison très puissant…

 

Et voici l’image des poumons d’un non-fumeur à droite et ceux d’un fumeur à gauche...

- Voici un film avec Thomas et Mobby qui t’explique ce qu’il se passe quand nous respirons de la fumée de cigarette ? Pour le voir, clique ici : VOIR LE FILM AVEC THOMAS ET MOBBY. Le lien Ici : http://anglesqueville-eco.spip.ac-rouen.fr/spip.php?article263

 

--------------------------------------------------------------

--------------------------------------------------------------

--------------------------------------------------------------  

 

Effets du Tabac sur l'embryon

 

dimanche, février 24 I/ Effets sur l'embryon: 1) Les moyens d’action du tabac sur le fœtus: a) Exposition du fœtus in utero: Le fœtus est le premier en contact avec le toxique, soit directement par le tabagisme maternel, soit par celui de l'entourage. Une cigarette fumée provoque chez le fœtus : • une mauvaise oxygénation (liée à la nicotine), • la diminution des mouvements actifs, • l’augmentation de la fréquence des malformations congénitales ainsi que de la mort in utero et du retard de croissance intra-utérin. Pendant la grossesse, les risques du tabagisme sur l'embryon et le fœtus sont en relation directe avec l'inhalation par la mère des deux principales substances toxiques contenues dans la fumée de la cigarette : -le CO (monoxyde de carbone) qui possède une toxicité directe sur la grossesse car : il se fixe sur l'hémoglobine maternelle et fœtale entraînant une diminution durable de l'oxygénation de l'embryon et le fœtus ; la diminution de l'oxygénation du sang fœtal par le CO fait de cette substance un véritable poison cellulaire très toxique à l'origine d'une grande partie des effets néfastes du tabac sur le déroulement de la grossesse et sur le développement de l'embryon et du foetus . -la nicotine qui possède des effets vasoconstricteurs sur la circulation foeto-maternelle (la circulation artérielle utérine et placentaire) et de façon plus néfaste du côté fœtal parce que ses concentrations sont de 15 % plus au niveau de la circulation fœtale et dans le liquide amniotique. -le tabac diminue la biodisponibilité des vitamines B12, vitamine C, des folates et du zinc. Ces actions néfastes du CO et de la nicotine font du tabagisme, avant et pendant la grossesse, un facteur de risque à l'origine de multiple pathologies de la fertilité, du déroulement de la grossesse, du développement et la croissance fœtale et du développement de l'enfant après sa naissance L’état d’équilibre sera atteint de façon plus tardive chez le foetus et l’élimination du CO est plus lente pour la circulation foetale.

 

Le niveau maximal de carboxyhémoglobine atteint pendant l’intoxication pourra être plus élevé pour le foetus que pour la mère. Concernant le développement et la croissance fœtale, le tabagisme joue le rôle de ralentisseur et tératogène entraînant : · un retard de la croissance intra-utérin du fœtus chez la grande fumeuse et quand la mère inhale profondément la fumée de la cigarette car elle augmente la quantité de CO et de la nicotine dans la circulation embryonnaire et fœtale (relation dose-effet). Dans les retards de croissance intra-utérins, l'examen du placenta montre la présence des signes macroscopiques et microscopiques d'hypoxie avec une hypertrophie compensatrice du placenta. · cardiopathie congénitale(malformation du coeur dans la vie intra-utérine), d'hypoplasie du nerf optique, de malformations des membres.   

 

Bébé atteint d'une cardiopathie congénitale.

Fumer pendant la grossesse entraîne une accélération des battements du cœur du fœtus et donc l'élévation de sa pression artérielle (La pression artérielle correspond à la pression du sang dans les artères. On parle aussi de tension artérielle, car cette pression est aussi la force exercée par le sang sur la paroi des artères, elle tend la paroi de l'artère). La nicotine, le monoxyde de carbone et d'autres substances nocives contenues dans une cigarette franchissent la barrière placentaire. Cette pollution entraîne une réduction de son, Les composants chimiques contenus dans la fumée du tabac passent dans le sang de la mère et dans celui de l'embryon. Il est important qu'une femme enceinte évite les atmosphères enfumées. In utero, le fœtus est exposé aux dérivés du tabac par passage transplacentaire, lorsque sa mère aspire et inhale la fumée mais aussi lorsqu’elle est exposée à la fumée de tabac de son environnement. La quantité de substances absorbées est donc transmises au fœtus varie en fonction de nombreux facteurs.

 

Présente dans les urines de nouveau-né, la cotinine est le reflet des habitudes tabagiques de la mère pendant la grossesse , avec une concentration identique en cotinine urinaire chez les mères fumeuses et leurs nouveau-nés dans les trois premiers jours de vie , et une concentration plus élevée dans le liquide amniotique que dans les urines chez les mères fumeuses actives et les mères non fumeuses exposées passivement à la fumée de tabac . Nicotine et cotinine s’accumulent également dans les cheveux permettant d’estimer le degré d’exposition systémique à long terme du fœtus au tabagisme actif et passif de la mère . b) Parcours du tabac et ses conséquences: Parcours du tabac: Le fœtus : - le tabac traverse la barrière placentaire et entrave le développement de l’embryon, - le tabac passe dans le lait Il en résulte : - un surmenage du cœur fœtal pendant 20 minutes après chaque bouffée de cigarette,


 

Embryon.

 

Mécanismes d’action du tabac: Les effets nocifs de la fumée de tabac peuvent s’expliquer par l’hypoxie intra-utérine, la vasoconstriction artérielle induite par la nicotine, la réduction de la production de la prostacycline et l’activation du PAF (platelet-activating-factor). Le CO présent dans la fumée de tabac traverse le placenta et se fixe à l’hémoglobine pour former la carboxyhémoglobine ce qui diminue la capacité de transport de l’oxygène au fœtus, la nicotine étant responsable par vasoconstriction des artères ombilicales, d’une diminution du flux sanguin placentaire avec modification structurale du placenta. Le risque de fausses couches spontanées, de placenta praevia et de décollement prématuré, de grossesse extra-utérine et d’hématome rétro-placentaire est augmenté. Le tabac modifie, lors du premier trimestre de la grossesse, l’épaisseur des villosités et du trophoblaste du placenta; il favorise les nécroses du syncytiotrophoblaste, augmente les calcifications et diminue le flux sanguin dans la chambre intervilleuse.

 

Placenta Praevia. Comment le foetus est touché :

 

Moins d'oxygène. Sur les quelques 4 000 substances contenues dans le tabac, deux arrivent en tête pour leur toxicité : les goudrons, irritants majeurs et cancérigènes, qui fragilisent et lèsent les vaisseaux. et le monoxyde de carbone qui 'pompe' littéralement l'oxygène nourricier du foetus. A travers le placenta. On imagine le bébé protégé, puisqu'il n'inhale pas directement les substances toxiques. En réalité, celles-ci passent la barrière placentaire. C'est le cas, par exemple, du TétraHydroCannabinol (THC), présent dans le cannabis, dont on retrouve des concentrations dans le sang du foetus au moins égales à celles de la mère. Le THC est directement mis en cause dans les problèmes neurocomportementaux et développementaux futurs de l'enfant. Quant à la nicotine, substance qui 'accroche' le fumeur au tabac sans être toxique pour lui, on la soupçonne de l'être pour le foetus.

 

2) Les risques : a) Les risques du tabagisme maternel: Le tabagisme maternel, augmente le risque d'un accouchement prématuré par 2 Par 3 avant la 34eme semaine d'aménorrhée. Le risque d'un décollement prématuré du placenta est important. Ce décollement entraîne une hémorragie retro-placentaire. Les décollements placentaires seraient secondaires à des nécroses déciduales ischémiques précoces et des troubles rhéologiques. Une hémorragie rétro-placentaire sur cinq est due directement au tabac. Si une femme fume plus de dix cigarettes par jour, l'enfant risque de souffrir de retard dans le développement par malnutrition. Il y a aussi une augmentation des risques de fausse-couche ou de grossesse extra-utérine. En plus de l’augmentation de fréquence des complications obstétricales qui peuvent être à l’origine de la prématurité telles que le placenta praevia ou l’hématome rétroplacentaire, des mécanismes plus spécifiques ont été évoqués.

Expérimentalement, le tabac augmente le taux de Platelet Activating Factor circulant en inhibant la production de son enzyme de dégradation par les macrophages des cellules déciduales et les monocytes circulants. Cet effet, non lié à la nicotine, est comparable à celui des cytokines et des endotoxines. Par ailleurs, les chorio-amniotites sont plus fréquentes chez les mères fumeuses. Pour le bébé in utero. Le tabagisme est aujourd'hui la première cause de prématurité et de retard de croissance intra-utérin (RCIU). Il est d'autant plus fréquent et sévère que le nombre de cigarettes est important, surtout aux 2e et 3e trimestres. C'est le RCIU qui est à l'origine des troubles du développement ultérieur. Pour le cannabis seul, les premiers effets néfastes apparaîtraient dès la 22e semaine.  

 

b) Mort fœtale in utero (MFIU) et autres effets chez le foetus : Onze pour cent des MFIU tardives serait imputables au tabac en raison des complications placentaires et du RCIU (Retard de Croissance Intra Utérin). Enfin le tabac diminue la fréquence du rythme respiratoire fœtal, la variabilité du rythme cardiaque fœtal, les mouvements fœtaux et augmente le débit cardiaque et la fréquence cardiaque. Certaines malformations congénitales sont plus fréquentes (risque multiplié par 1,2 à 2) chez la enceinte qui fume pendant la grossesse ; parmi ces malformations, il a été signalé l'augmentation du risque de fente palatine.

 

Fente Labio-Palatin. Pendant la grossesse, l'inhalation de la fumée de cigarette et de ses substances toxiques (nicotine, oxyde de carbone) a des répercussions directes sur le fœtus. La nicotine traverse la barrière placentaire et provoque une augmentation du rythme cardiaque du fœtus. 3) Augmentation du tabagisme: Le tabagisme de la femme enceinte continue d’augmenter alors que les données épidémiologiques et expérimentales montrent qu’il a des effets directs et indirects sur le développement cérébral à l’origine de complications graves telle qu’une déficience cognitive ou une mort subite du nourrisson. L’intoxication tabagique a des conséquences indirectes sur le développement cérébral par le biais de l’insuffisance de croissance intra-utérine (dont le risque est multiplié par 2 ou 3) ou de complications gravidiques à l’origine d’un accouchement prématuré (hématome rétro-placentaire, placenta praevia ou rupture prématurée des membranes). 1) Il est maintenant bien établi que le retard de croissance intra-utérin est responsable de troubles du développement intellectuel à type de déficiences intellectuelles modérées ou de troubles des apprentissages scolaires. Celui-là serait lié à la combinaison de l’exposition fœtale au monoxyde de carbone (diminuant la pression artérielle fœtale et responsable d’une hypoxémie) et de la nicotine (diminuant la perfusion maternelle placentaire et la vascularisation fœtale par vasoconstriction). De plus la charge en cadmium capterait le zinc essentiel à la croissance cellulaire. La grande prématurité est à l’origine d’accidents spécifiques de nécrose ou de gliose de la substance blanche (leucomalacies périventriculaires), et d’hémorragies intra-ventriculaires, significativement associées aux séquelles neuro-motrices à type d’infirmité motrice d’origine cérébrale. Le tabagisme maternel semble être un facteur indépendant de risque d’hémorragies intra-ventriculaires de grade I ou II, probablement par le biais des fluctuations post-natales du débit sanguin cérébral.

Les études anatomiques montrent que le tabagisme maternel pendant la grossesse limite la croissance du cerveau antérieur et réduit le nombre de cellules de Purkinje du cervelet dont la mère a été imprégnée de nicotine pendant la gestation. Le taux de gliose du noyau olivaire inférieur du tronc cérébral est corrélé avec l’intensité de l’imprégnation tabagique maternelle de la grossesse chez les enfants décédés de mort subite du nourrisson. Les voies de transmission cholinergiques et cathécolaminergiques de la medulla du tronc cérébral sont " altérées ", surtout au niveau des centres cardio-respiratoires impliqués dans la mort subite du nourrisson. Une toxicité biochimique directe du tabac sur le cerveau fœtal est rapportée dans quelques études. Elle est principalement liée à la toxicité de la nicotine qui se fixe sur les récepteurs nicotiniques acétylcholinergiques. Ceux-ci sont présents à des taux abondants chez le foetus en milieu de grossesse et jouent un rôle trophique important comme la plupart des récepteurs aux neurotransmetteurs. Des modifications dans les taux de neurotransmetteurs cathécolaminergiques et sérotoninergiques, persistantes en post-natal, sont induites par l’injection de nicotine durant la gestation, modifiant le fonctionnement des synapses. Durant la grossesse, le tabac s’attaque même aux doigts et aux orteils du fœtus. Ainsi, toutes les occasions d’arrêter sont considérablement bénéfiques et la grossesse est un moment privilégié pour se lancer dans cette nouvelle aventure. Le lien Ici : http://tpe-tabacsurembryon.blogspot.de/2008/02/ieffets-sur-lembryon.html

 

--------------------------------------------------------------

--------------------------------------------------------------

--------------------------------------------------------------  

 

Poison or not poison? 

 

La question est régulièrement posée, de savoir ce qu’est vraiment la nicotine, si c’est un composant dangereux ou non. Je comprends cette question car des médecins ou des tabacologues affirment que la nicotine n’est absolument pas toxique. Or, la nicotine est un poison qui peut être mortel. Ce qui a été découvert en… 1693 par le docteur Baillard qui écrivait dans son discours sur le tabac : « une seule goutte d’une certaine quintessence de tabac fait mourir un chien à l’heure même ». A l’époque, pourtant, on n’avait pas encore identifié et isolé la nicotine. C’est Louis Nicolas Vauquelin qui, en 1809, publie une étude sur l’analyse du jus de nicotiana latifolia. Il découvre la présence d’un principe de base azoté et pense qu’il s’agit-là d’un poison violent. Il faudra cependant attendre 1830 pour que deux autres scientifiques isolent le principe azoté découvert par Vauquelin, à qui ils donnent le nom de nicotine. En 1883, le Docteur Claude Bernard démontre que la nicotine est un poison violent. Quelques gouttes suffisent à tuer un chien. 0,06 grammes peuvent tuer un homme ! Le personnage principal du très bon film, «thank you for smoking», frôle la mort pour avoir eu le corps couvert de patchs par des activistes anti-tabac ! La nicotine était encore récemment utilisée comme insecticide dans l’agriculture. Depuis quand utilise t-on des produits inoffensifs comme insecticide ? L’autorisation de mise sur le marché d’insecticides contenant de la nicotine est retirée depuis le 1er juin 2009, la distribution des stocks existants depuis le 1er novembre 2009 et à l’utilisation depuis le 8 juin 2010 (décret JORF n°0062 du 14 mars 2009, texte 109). C’est tout frais ! Si vous avez la curiosité de consulter la Fiche Internationale de Sécurité Chimique du sulfate de nicotine, vous pourrez déjà voir une belle tête de mort sur la fiche, et vous pourrez lire qu’en cas d’inhalation, vous pouvez ressentir douleurs, maux de tête, nausée, vomissements, tremblements, convulsions ! Si vous avez la curiosité de lire les effets secondaires des soi-disant produits d’aide à l’arrêt du tabac, notamment les substituts nicotiniques, vous vous apercevrez que la nicotine n’est pas un produit anodin mais bien un poison mortel. A titre d’exemple :

 

« Nicopatch : La nicotine est une substance toxique : - Ne pas laisser ce médicament à la portée des enfants. - En effet, la dose thérapeutique destinée à l’adulte pourrait provoquer une intoxication grave voire mortelle chez l’enfant. - Il est recommandé de plier le dispositif transdermique sur lui-même avant de le jeter. Nicorette menthe fraîche : La nicotine est une substance toxique. Ne pas laisser ce médicament à la portée des enfants. En effet, la dose thérapeutique destinée à l’adulte pourrait provoquer une intoxication grave voire mortelle chez l’enfant.  

 

Les gommes à mâcher de nicotine peuvent entraîner des effets indésirables similaires à la nicotine administrée par d’autres modes. Fréquents (> 1/100) : - étourdissement, céphalées - nausées, vomissements, inconfort digestif, hoquet - maux de gorge et irritation de la bouche - douleur des mâchoires, risque d’altération d’appareil dentaire. » Cela ne vous rappelle pas la Fiche Internationale de Sécurité du sulfate de nicotine ? Cela ne vous rappelle t-il pas votre propre expérience de fumeurs ? Je sais bien que c’est la dose qui fait le poison. Et que de nombreuses substances très toxiques sont utilisées à des doses infinitésimales avec succès dans de nombreux médicaments. Mais il n’y a pas de double discours sur la toxicité de ces produits, contrairement à la nicotine.

 

Heureusement, d’autres médecins et tabacologues ne tiennent pas ce discours sur la prétendue innocuité de la nicotine ! Le lien Ici : http://stop-tabac.ch/blog/paulus/weblog.pl?+aff+4

 

--------------------------------------------------------------

--------------------------------------------------------------

--------------------------------------------------------------  

 

NICOTINE ANONYME FRANCE

 

1) Arrêter n'est pas aussi difficile que vous le pensez. Nous ne prétendons pas que ce soit facile, mais beaucoup d'entre nous avions adopté l'idée qu'arrêter de fumer était impossible. La nicotine est un produit puissant, son usage modifie notre vision de la réalité. 2) Informez-vous sur la nicotine: c'est un poison alcaloïde, désormais classé officiellement comme une substance chimique nocive entraînant une dépendance. 3) Comprenez que vous n'avez aucun besoin de nicotine (ce n'est pas un aliment!). L'usage de la nicotine entraîne une dépendance. La seule façon de mettre fin à cette dépendance est de garder notre corps libre de toute nicotine. 4) Comprenez qu'un comportement addictif est l'effet d'un produit chimique.

 

La nicotine est un poison alcaloïde plus puissant que la raison et la volonté. Elle dicte des décisions auxquelles nous nous conformons, le plus souvent inconsciemment. Ne vous est-il jamais arrivé d'avoir une cigarette entre les doigts (ou même deux !) sans vous souvenir de les avoir allumées? 5) Faites une évaluation honnête de votre habitude de fumer. Demandez-vous précisément ce que cette habitude fait pour vous, et ce qu'elle fait contre vous. Si vous pensez que l'usage de la nicotine vous offre quelque chose de bon, demandez-vous s'il n'y aurait pas de moyens plus sains d'obtenir des bénéfices équivalents. Tenez compte du fait qu'il est médicalement prouvé que le tabac entraîne des dégats dans tous les organes de votre corps. Demandez-vous si l'usage de la cigarette vous détend vraiment ; ne soulage-t-elle pas plutôt simplement le stress provoqué précisément par le manque de nicotine ? 6) Ne remettez pas à plus tard votre choix de cesser de fumer sous prétexte qu'il y a trop de pression dans votre vie. La nicotine et les 4.000 composants chimiques du tabac industrialisé (dont environ 40 provoquent le cancer) sont la vraie pression sur votre corps et votre vie spirituelle. Ces substances attaquent en permanence votre santé. 7) Ouvrez votre vie à de nouvelles approches et à de nouvelles possibilités. Si vous gardez vos vieilles habitudes, comment pouvez-vous espérer des résultats différents? "Quand rien ne change, rien ne peut changer." 8) Traitez-vous avec amour et respect, au lieu de vous raconter des histoires. Les réunions vont changer votre façon de vous parler et de prendre soin de vous. Le simple fait de lire ceci est déjà une action. Récompensez-vous de façon positive à chaque acte que vous posez. 9) Mettez par écrit vos raisons de vous libérer de la nicotine plutôt que ressasser des excuses pour ne pas cesser de fumer maintenant. Ne vous focalisez pas sur ce qui vous semble impossible, choisissez une chose que vous pouvez faire. Gardez votre objectif en vue et avancez, même si ce n'est que par très petits pas.

 

10) Cessez pour vous-même. Peut-être avez-vous de la famille ou des amis proches qui vous pressent de cesser de fumer. Ça peut vous aider, mais parfois ça rend certains fumeurs irritables. Bien sûr, vos proches vont être heureux et vont profiter du fait que vous cessiez de fumer, mais vous en serez le premier et principal bénéficiaire. Nous avons plus de chances de rester sans fumer si nous arrêtons pour nous-mêmes. En participant aux réunions NicA vous vous donnez plus de chances de réussite, et vous fortifiez votre désir de vivre sans fumer. 11) Voyez le fait de cesser de fumer comme un précieux cadeau que vous vous offrez. Vous vous offrez une meilleure qualité de vie et vraisemblablement une vie plus longue. Vous offrez à votre propre corps une meilleure santé. Vous vous offrez plus d'estime envers vous-même. Vous vous offrez également un meilleur contact avec vos émotions. Le rétablissement est un cadeau chaque jour renouvelé. 12) Facilitez-vous les choses: avant de quitter la nicotine, programmez les activités de vos premières journées d'abstinence; faites en sorte de ne pas avoir trop de décisions à prendre durant le sevrage. 13) Soyez disposé à faire tout ce qui pourra éloigner la nicotine de votre vie. Nous avons constaté que cette bonne volonté peut transformer une faiblesse en force. Si vous ne vous sentez pas dans cette disposition, essayez de prier pour la recevoir. Si vous hésitez encore, essayez de dire régulièrement : "je désire tout essayer pour me libérer de cette dépendance".

 

Affirmez-le à haute voix. Si vous en ressentez quelque gêne, acceptez d'être un peu gêné. Continuez à affirmer votre bonne volonté. Pratiquez ces exercices : ça marche! 14) Imaginez-vous libre de la nicotine. La visualisation aide certains à changer. Imaginez votre paquet de cigarettes flottant et s'éloignant. Certes, vous pouvez le rattraper, mais imaginez que vous le laissez s'éloigner. Imaginez la libération et le soulagement que vous ressentirez. La visualisation ainsi pratiquée va renforcer votre désir de cesser, recommencez jusqu'à trouver une brèche vers la libération. 15) Il n'y a pas de moment idéal pour se préparer à lacher la nicotine. Le bon moment est "maintenant". Lisant cela, peut-être ne vous arrêterez-vous pas de fumer dans l'instant, mais gardez cet objectif en vue. Cherchez vous-même votre juste moment et cessez d'aligner des excuses pour différer. 16) Si vous n'êtes pas disposé à cesser de fumer tout de suite, essayez de diminuer votre consommation. Une cigarette de moins par jour, c'est 7 de moins par semaine. Si cela reste trop difficile, rappelez-vous que c'est chaque prise de nicotine qui entraîne le besoin de la suivante. 17) Ne vous cachez pas la réalité et ne niez pas les risques que vous prenez en continuant de fumer aujourd'hui encore. Si cette vérité est difficile à admettre, parlez-en avec un ami de Nicotine Anonyme. Se cacher la vérité fait durer le déni. Regarder la vérité en face est difficile au début, mais, avec le temps, cela vous dispose à vous libérer. 18) Choisissez une date pour cesser de fumer. Essayez. Rappelez-vous que ce n'est pas grave si vous ne réussissez pas la première fois. Continuez d'essayer. La seule façon d'échouer c'est de cesser d'essayer.  

 

Vos premiers jours de Liberté 19) Prenez le fait d'arrêter de fumer comme on démarre un investissement. Dès que vous avez cessé une heure, vous avez investi dans un meilleur état de santé. Heure par heure, vous investissez. D'heure en heure, l'épargne grandit et prend de la valeur. Vous recevez des dividendes de bien être et de santé à chaque heure investie. Portez toute votre attention sur cet investissement et protégez-le comme vous feriez pour une épargne fondamentale et vitale. 20) Cessez de fumer un jour à la fois et ne pensez qu'au moment présent. "Je ne fume (ou mâche) pas avant midi". "Je ne fume (ou mâche) pas avant 3 heures." Parfois faites-le juste une heure à la fois, ou une envie de fumer à la fois. C'est beaucoup plus facile que de penser qu'on cesse définitivement. 21) Quelque gêne que vous ressentiez au début, cela va passer, avec le temps et avec l'abstinence. Vous n'aurez plus à traverser cette période si vous demeurez abstinent. N'oubliez jamais ces troubles. Le souvenir que vous en garderez est précieux: il vous protégera du risque si répandu d'en reprendre "une seule" ou "juste une petite". 22) Si vous pouviez vraiment fumer une seule cigarette, vous n'auriez pas fumé les milliers de cigarettes que vous avez allumés. Un paquet par jour, ça fait 73 000 cigarettes en dix ans! Aucune de ces cigarettes n'a résolu un seul problème. 23) Pensez que vous faites le choix d'abandonner la nicotine plutôt que de vous sentir privé de quelque chose. Eventuellement, dites-vous que vous fumerez une cartouche demain, mais que, "juste pour aujourd'hui", vous avez choisi de rester abstinent. 24) Priez au lieu de fumer. L'intimité de la prière personnelle améliore notre rapport avec nous même et avec les autres. Nous pouvons prier n'importe où, au plus secret de nos pensées et de notre coeur. Les cigarettes, les pipes ou les prises nous apportent la nicotine, le réveil spirituel rendra possible notre rétablissement. 25) Lorsque vous quittez la nicotine, vous pouvez éprouver un sentiment de perte. Laissez passer cette pensée. Le sentiment de perte est temporaire, tandis que vous vous réjouirez chaque jour à venir des bénéfices reçus en arrêtant. Vivre sans absorber de nicotine deviendra un plaisir. 26) Si vous sentez un besoin de nicotine, demandez-vous d'abord si vous n'êtes pas dans une des quatre situations qui peuvent provoquer le désir de nicotine ; ce sont la Colère, la Faim, la Solitude et la Fatigue. Efforcez-vous d'éviter ce dragon à quatre têtes! 27) Alimentez votre corps avec de la nourriture, et non de la nicotine. Nous avons utilisé la nicotine pour supprimer nos sentiments et sensations, y compris la faim. Durant notre rétablissement nous apprenons à nous soigner positivement. Attention à la colère: ce qu´il nous faut parfois c´est simplement manger, ou bien nous allonger et expirer/inspirer profondément et calmement. 28) Buvez beaucoup d'eau; cela vous aidera à éliminer le poison de votre corps. L'eau est un fabuleux purificateur. Le jus d'orange est aussi très bon puisque fumer prive votre corps de vitamine C. 29) La qualité et la quantité de ce que vous mangez sont très importantes quand vous abandonnez la nicotine. Votre métabolisme change. Vos organs fonctionnent différement. Vous pouvez éventuellement prendre du poids. Il y a beaucoup de choses que vous pourrez faire pour éviter ou corriger un gain de poids. Mais il n'y aurait plus rien à faire pour éliminer l'emphysème! 30) Lorsque vous arrêterez, ne soyez pas étonné de ressentir de la mauvaise humeur ou de la nervosité, de vous sentir irritable ou franchement hargneux. Le sevrage de nicotine est inconfortable et vous pourrez vous sentir démuni ou perdu. Parlez de ces sentiments avec un ami, c'est très important et cela peut vous éviter d'agresser quelqu'un. La colère fait mal. Vous pourriez vous sentir coupable et cela pourrait vous ramener à justifier l'usage de nicotine. 31) Refléchissez avant de réagir. Le manque de nicotine peut déformer votre perception de la réalité. Cependant il se peut que la nicotine aye cachée certains problèmes qui sont réels; et la colère peut être un sentiment qui nécessite d'être exprimé de façon saine. 32) Il existe meilleure compagnie que la cigarette. Lorsqu'on rompt avec la nicotine, on peut ressentir douleur et solitude. Partager ces sentiments avec d'autres personnes qui les vivent également fait du bien. Gardez le contact, par téléphone ou mail, avec vos amis des réunions NicA : le partage et la solidarité vous aideront à demeurer abstinent. 33) Évitez de trop vous fatiguer. La fatigue peut géner notre compréhension des situations, émousser notre patience, amoindrir notre résistance et finalement nous mettre en danger. Il n'est pas nécessaire de tout faire aujourd'hui. 34) Faites des pauses de temps en temps.Trouvez des nouvelles façons de faire une pause sans user de la nicotine. Nous sommes en train d'apprendre à nous soigner de façon plus saine. Jouir quelques instants de repos ou faire un arrêt pour réfléchir sur notre prochaine tache peut se faire sans une cigarette. C'est possible! 35) Parfois la seule chose qu´il nous faut c´est une distraction pour nous éloigner du désir de fumer. Au début il vaut mieux se maintenir occupé au lieu de s´obséder sur ce qu'on ne fait pas. Il est important de mettre chaque fois plus de temps entre vous et votre dernière dose de nicotine. 36) Entourez-vous de personnes qui vous soutiennent. Cela vous aidera à maintenir une attitude positive. Évitez les personnes, lieux ou situations négatives, surtout pendant les premières semaines du sevrage. N'essayez pas de vous mettre à l'épreuve ou de vous tester dans des situations trop imprudentes. C'est votre vie qui est en jeu, agissez en conséquence. 37) Demandez de l'aide à votre famille, à vos amis et à vos collègues de travail.Demandez leur un peu de tolérance, le temps que vous vous défassiez de cette dépendance ou demandez leur de ne pas utiliser le tabac près de vous pour quelques temps. Il se peut qu'ils ne soient pas aussi compréhensifs que votre groupe ou que votre puissance supérieure, mais vous pouvez demander quand même. Après tout, vues les statistiques, vous pouvez affirmer qu'il s'agit d'une question de vie ou de mort. 38) Choisissez des activités qui ne permettent pas l'usage de tabac. Allez au cinéma, au musée ou tout endroit public où il est défendu de fumer. Détendez-vous dans un bain chaud. Allez nager, marcher, visiter des amis non-fumeurs ou choisissez une activité qui vous plaise. 39) Gardez vos mains occupées. Nous sommes habitués à tenir une cigarette, se retrouver les mains vides peut nous gêner. Serrez une petite balle, de la plasticine ou occupez vos mains avec un objet quelconque. Vous pouvez aussi tenir un objet personnel qui vous donne du courage en cas de besoin. 40) L'ennui est un signal d'alarme. Occupez-vous : c'est difficile d'être juste assis et de ne pas fumer. Rendre service au groupe renforcera votre rétablissement. Vous pouvez aussi vous occuper à des activités qui vous plaisent ou en essayer de nouvelles. Restez calme, mais demeurez actif. Faites une marche pour regarder les belles choses qui vous entourent. Inscrivez-vous dans un cours juste par curiosité. C'est le moment d'essayer d'être indulgent avec vous-même et d'oser prendre plaisir à des activités inhabituelles. 41) Sucez quelque chose, mordillez, ou mâchez. Il se peut que vous sentiez un manque dans la bouche. Evitez les aliments gras. Certains remplacent les cigarettes par des sucettes ou des caramels. D'autres par des carottes ou des tablettes de céréales, agréables et bonnes pour la santé. Le chewing gum peut aussi être un bon substitut. D'autres préfèrent les sucettes… que l'on trouve dans les magasins diététiques. 42) La caféine est un stimulant, comme la nicotine. Dès que vous cessez de fumer, la chimie de votre corps change et la caféine fait effet plus longtemps. Vous pouvez sentir le désir de fumer pour atténuer cet effet accru de la caféine. Pour vous faciliter le sevrage, essayez de réduire graduellement votre consommation de café ou éliminez-le totalement si vous êtes un consommateur modéré. 43) Évitez de boire de l'alcool pendant le sevrage. Une fois que l'alcool est dans votre système, vos moyens de défense diminuent. 44) Changez vos habitudes. Empruntez un autre chemin pour aller au travail, évitant ainsi les pièges tout au long du trajet. Prenez un autre fauteuil pour regarder la télévision, évitant ainsi les associations d'idées ou gestuelles. Changer vos habitudes vous aidera à répondre autrement aux désirs de fumer. 45) Récompensez-vous fréquemment. Ce que vous faites n'est pas facile du tout. Changer et briser le cycle de la dépendance demande beaucoup de courage. 46) Évitez le piège de l'apitoiement. Si nous nous laissons aller à pleurer sur notre sort, nous en viendrons à penser que nous méritons une cigarette pour nous sentir mieux. 47) Si vous avez un problème et que vous usez de nicotine, alors vous avez deux problèmes. Rester Libre 48) Relisez régulièrement toute la littérature de Nicotine Anonyme. En vous rétablissant vous découvrirez de nouveaux aspects de votre dépendance à la nicotine et vous constaterez une évolution de votre relation à vous-même et aux autres. 49) Tout ce que vous devez faire est d'éviter "la prochaine". Vous éviterez ainsi d'en fumer des milliers. Ne vous imaginez pas que vous pourrez en reprendre et arrêter quand vous voulez. Vous ne le pouvez pas (sinon vous l'auriez fait depuis longtemps !). Contrôler une dépendance, user modérément de nicotine, c'est s´engager dans un combat sans fin. 50) Prenez fréquemment conscience de vos progrès: votre haleine ne sent plus le vieux cendrier; vos doigts perdent leur jaunissement; votre odorat et votre goût s'améliorent; votre teint s'éclaircit; vos dents blanchissent; votre toux de fumeur s'est peut-être intensifiée pendant ces premiers temps de "décrassage", mais elle diminue ou va diminuer. En prenant concrètement soin de vous, vous retrouvez de l'estime pour vous-même. 51) Soyez disponible pour pratiquer les Douze Étapes: nos activités quotidiennes nous donnent la chance de mettre en pratique les Douze Étapes dans notre vie. Parfois nous ne faisons que de petits pas mais nous avançons. Nous ne savons pas jusqu'où nous irons, mais tout pas en avant devient un acte de confiance. Travailler n'importe laquelle des Douze Étapes est un acte de foi. Plus nous les pratiquons, plus nous changeons. Plus nous changeons, plus nous réalisons la force de la confiance. Peu à peu nous connaissons un éveil spirituel. 52) Simplifiez vos projets. Ce sera plus facile. Des plans trop compliqués stagnent ou achoppent. En tant que dépendants, nous avons tendance à tout compliquer pour occulter certaines "vérités simples". Si nous nous efforçons à plus de simplicité et faisons simplement une chose à la fois, la sérénité nous gagne. Ce programme est doux. 53) Passez le relai: partagez ce que vous avez reçu. Dès que vous vous trouvez avec un fumeur qui désire de l'aide, partagez votre expérience, votre force et votre espoir. Aider les autres transforme l'expérience en force. Le lien Ici : http://nicotine-anonymes.over-blog.com/pages/Suggestions_pour_se_liberer_de_la_Nicotine-1790083.html

 

-----------------------------------------------------------------------

-----------------------------------------------------------------------

-----------------------------------------------------------------------